Tout savoir sur l’imprimante 3D pour bien choisir la vôtre !

TOP 3 des meilleures imprimantes 3D de l’année

L’imprimante 3D est sûrement l’une des technologies qui a apporté le plus de changement dans la vie de l’homme, car son champ d’application s’étend jusque dans les domaines médicaux, alimentaires et artistiques. Au fil des années, elle a connu de nombreuses évolutions, et les concepteurs ne cessent d’y apporter des améliorations afin d’en faciliter l’utilisation. Pourtant, peu de gens connaissent réellement les avantages de ce matériel révolutionnaire. Et l’abondance des modèles rencontrés sur le marché ne fait que dissuader ces personnes d’en acheter un.

Mais fort heureusement, il n’est pas rare que les passionnés de technologie désirent s’approprier ces imprimantes au plaisir de découvrir le monde de la création, d’autant plus qu’elles deviennent de plus en plus abordables. Il est alors nécessaire de connaître quels sont les avantages procurés par les imprimantes 3D, et quelles sont les caractéristiques dont il faut tenir compte pour acheter le meilleur modèle. Nous avons donc établi ce comparatif pour vous faciliter la tâche tout en vous présentant plusieurs appareils que nous avons sélectionnés.

Comgrow Creality Ender 3 : L’imprimante 3D au meilleur rapport qualité/prix !

Promo
Comgrow Creality 3D Ender 3 Imprimante 3D Aluminum DIY with Resume Print 220 * 220 * 250mm
  • Reprendre l'impression: Ender 3 a la capacité de reprendre des tirages même après une coupure de courant ou une panne.
  • Assemblage facile et rapide: Il vient avec plusieurs pièces assemblées, vous avez seulement besoin d'environ 2 heures pour assembler 20 écrous bien.
  • L'extrudeuse réduit considérablement le risque de bouchage et la mauvaise extrusion; V-Slot avec la roue de POM le font bouger sans bruit, doucement et durable.
  • Test strict: Test de 24 heures pour les composants clés avant la livraison et le support technique à vie.
  • Alimentation sécurisée, seulement besoin de 5 minutes pour chauffer le lit pour atteindre 110 ℃.

Si vous recherchez une imprimante 3D digne de ce nom, nous vous conseillons d’opter pour la Comgrow Creality Ender 3 vu ses nombreuses qualités. D’un côté, sa technologie d’impression FDM est très facile à maîtriser. La vitesse d’impression atteint 180 millimètres par seconde, alors qu’elle offre des couches épaisses de 0,1 à 0,4 millimètre. Vous pourrez bien peaufiner votre travail, car le filament est déposé à une épaisseur de 1,75 millimètre. Et malgré le diamètre de sa buse qui est assez grande, le poids de la machine n’est que de 8.6 kilogrammes, avec des dimensions de 440 mm x 410 mm x 465 mm.

Mais ce qui fait sa particularité est la reprise automatique de l’impression en cas de coupure de courant ou de panne subite, ce qui est ultra pratique pour éviter toute déconvenue ! La température maximale que peut atteindre sa buse est de 255 degrés. C’est donc l’idéal pour travailler un plastique assez résistant. Et n’ayez crainte, l’alimentation est bien sécurisée et le plateau se chauffe très rapidement, pas besoin de préchauffage. Sachez que les indications sur son alimentation sont marquées sur la notice. Et en plus, son extrudeuse ne se bouche pas facilement, vous pourrez travailler en toute tranquillité, sans parler de sa grande discrétion. En effet, le Comgrow Creality Ender 3 est l’une des rares imprimantes disposant de roues. Vous pourrez donc la déplacer aisément, sans déranger le voisinage. Un autre avantage, son installation se fera en deux temps trois mouvements, car la plupart des pièces seront déjà assemblées, vous n’aurez qu’à visser ses 20 écrous. Côté logiciel, vous ne serez pas dérangé puisque le fichier de modélisation sera sous format STL, OBG ou G-Code.

Tableau comparatif meilleure imprimante 3D en 2019

Quelle est l’utilité d’une imprimante 3D ? A qui s’adresse-t-elle ?

L’usage de l’imprimante 3D touche aujourd’hui presque tous les secteurs d’activité, aussi bien chez les novices passionnés que chez les professionnels des technologies dernier cri. L’avantage le plus flagrant tiré de l’usage de ces machines est sans l’ombre d’aucun doute l’abondance des prothèses auditives et dentaires. Elles permettent non seulement de réduire les coûts de production, mais permettent également d’obtenir des prothèses faites sur mesure. Toujours dans le domaine médical, de véritables miracles sont accomplis grâce aux dernières imprimantes 3D. Les implants en sont des exemples concrets lorsqu’on sait aujourd’hui qu’il est possible de reproduire une vertèbre ou une mâchoire. Et en sept ans, les chiffres ont largement augmenté, atteignant jusqu’à 20 000 implants vendus. Avec cette merveille, les recherches scientifiques ont bien avancé, car plusieurs tests auparavant inimaginables ont pu être réalisés, comme la reproduction du cœur ou du cerveau. C’est précisément ce qui a permis de faciliter les grandes opérations chirurgicales.

D’un autre côté, son usage est aussi ouvert au grand public. En effet, les particuliers peuvent profiter pleinement de ses avantages, notamment dans la fabrication d’outils et d’accessoires personnalisés, surtout s’il s’agit de pièces complexes à réaliser. Le coût de ces derniers en serait diminué et tous les petits détails seront observés à la loupe. On peut citer par exemple des clés, ou même des objets de décoration comme des bibelots. Beaucoup s’en servent aussi pour réparer des objets cassés ou pour créer des pièces de remplacement pour les aspirateurs balais ou même pour les machines à pain défectueuses par exemple. Savez-vous qu’il est possible d’associer imprimante 3D et gastronomie ? Effectivement, de grosses compagnies occidentales s’en servent pour monter des pièces de chocolat et toutes sortes de confiseries aux aspects complexes. Dans le domaine du bâtiment, l’imprimante 3D apporte aussi son aide en permettant de réaliser rapidement des maquettes qui prennent des jours par méthodes traditionnelles.

Comment bien choisir son imprimante 3D ?

Meilleure imprimante 3dIl n’est pas toujours évident de trouver les meilleurs modèles ayant un bon rapport/qualité lorsqu’il s’agit de nouvelles technologies, surtout pour des machines aussi complexes que les imprimantes 3D. En effet, même si l’objectif ultime étant l’obtention d’une pièce personnalisée, chaque machine a ses capacités et son prix. Une large panoplie d’imprimantes 3D est donc aujourd’hui disponible sur le marché, allant des modèles abordables aux particuliers à ceux plus complexes qui sont prisés par les industriels. Choisir son imprimante 3D suscite donc plusieurs critères à prendre en considération. Pour vous faciliter la tâche et pour vous aider à prendre la meilleure décision, nous avons alors établi ce petit comparatif à travers lequel vous découvrirez les caractéristiques d’une bonne imprimante 3D.

Définir le budget idéal pour l’achat d’une imprimante 3D

Avant de prendre une quelconque décision, la première chose à faire est de prévoir le montant du budget qu’on souhaite allouer à notre achat. Cela va d’abord dépendre de la nature et de l’ampleur du travail que l’on souhaite réaliser. En effet, les coûts vont varier de 200 à 100 000 euros. Si votre budget est assez restreint, vous aurez des imprimantes 3D dites en kit, dont vous devrez assembler les pièces vous-même. Mais ces dernières sont un peu fragiles. A partir de 1000 euros, ce seront plutôt des imprimantes plug and play, c’est-à-dire activables via un bouton. Vous pourrez déjà réaliser des impressions toutes simples avec. Sinon, avec 5000 euros, vous aurez accès à des appareils plus sophistiqués, de types SLA, que nous vous présenterons ci-dessous. Par contre, si vos produits sont destinés à être transformés dans le domaine médical, nous vous conseillons de préparer un budget moyennant les 20 000 euros pour être satisfait. Puis, pour finir, il y a les imprimantes 3D permettant d’obtenir des ouvrages métalliques qui valent environ 80 000 euros.

En parlant toujours de prix, il faut aussi prendre en considération les coûts liés aux matériaux d’impression. Depuis la création de l’imprimante 3D, le matériau le plus courant est le plastique. Cependant, il en existe plusieurs gammes et leur prix est tout aussi différent. Vous pourrez trouver des filaments allants de 20 euros à 350 euros le kilogramme. Certaines machines plus récentes utilisent un tout autre genre de plastique, des résines photopolymères qui se vendent à 70 euros le litre. À part cela, les poudres polyamides et les alliages métalliques deviennent de plus en plus courants dans les industries. Il convient donc de bien définir le champ d’activité du produit que l’on va obtenir avant de porter son choix sur un modèle particulier.

Quelles sont les techniques d’impression adaptées ?

Comparatif imprimante 3dLe choix de l’imprimante 3D va aussi dépendre de la technique d’impression qui va convenir le mieux à vos pièces. Mais avant d’entrer dans les détails, rappelons d’abord que l’impression 3D consiste à réaliser une pièce à partir d’un fil que l’on va porter à haute température afin d’être déposé puis modelé couche par couche. Les techniques diffèrent juste par la manière dont le fil sera fondu et déposé. Les professionnels vous le diront, le plus classique est l’impression FDM/FFF ou Fused Filament Fabrication. Comme son nom l’indique, la matière est tout simplement fondue puis déposée sur un petit plateau. Les couches se forment alors petit à petit pour donner naissance à la pièce voulue. Mais petit bémol : ce genre de machine se bouche facilement, c’est pourquoi leur prix est plus abordable.

Puis, on peut aussi compter l’impression FLS ou Frittage Laser Sélectif qui est aussi à la mode. Elle est seulement plus adulée par les professionnels par rapport à la technologie FDM/FFF du fait de la qualité d’impression et de la variété des matériaux adaptés. Son processus se fait en deux étapes qui vont s’alterner avant de donner l’objet final : une première couche de poudre, généralement du polyamide, est d’abord déposée par un rouleau, puis le tout est solidifié par un laser.

La troisième technique, la plus coûteuse, consiste à utiliser des produits de fonte industrielle. Cette impression, dite par stéréolithographie ou SLA, est plutôt réservée au monde de la joaillerie. La SLA est aussi utilisée pour faire des prothèses dentaires ou pour fabriquer des implants, qui nécessitent un soin méticuleux dans l’exploration des détails. Si vous pensez produire de grands volumes, il vous faudra alors investir un plus grand budget, car la SLA et la SLS ne permettent pas d’imprimer de trop grandes quantités. Une amélioration de ces 2 techniques est encore en cours pour satisfaire un plus large public.

Les logiciels et les paramètres de votre imprimante 3D

Comme toute machine, l’utilisation de l’imprimante 3D nécessite l’installation d’un logiciel, et même deux. Plusieurs versions de ces logiciels existent qu’importe le système d’exploitation que vous avez sur votre pc (Windows, Linux, Mac OSX). Il y a des imprimantes qui vous permettent d’utiliser des plateformes de téléchargement gratuit de fichiers 3D afin de vous fournir des modèles d’impression. Parmi ces plateformes figure le site Thingiverse. D’ailleurs, c’est le plus réputé d’entre eux, car les designers les plus brillants y proposent leurs œuvres. Sinon, vous devrez créer vos modèles vous-mêmes via des logiciels tels que Thinkercad. Il en existe pas mal mais celui-ci est le plus simple si vous débutez. Et pour pouvoir imprimer, un deuxième logiciel est requis : le Slicer. Signifiant « trancheur » dans la langue de Molière, c’est ce dernier qui permettra à votre imprimante de disposer les couches.

Enfin, pour ne pas avoir de regrets, le mieux serait d’évaluer toutes les fonctionnalités de votre imprimante, car plus elle a d’options, plus vous obtiendrez un bon rapport qualité-prix. L’une des caractéristiques les plus recherchées est la présence d’un lit d’impression chauffant qui est indispensable si l’on ne veut pas se limiter à l’emploi du plastique habituel. En effet, il permet aussi de travailler le nylon et le bois. Mais pour cela, assurez-vous que la machine soit équipée d’un calibrage automatique, car si l’étalonnage doit se faire manuellement, cela vous prendrait trop de temps. Et sans étalonnage, le fruit de votre travail ne sera pas satisfaisant. Puis, si vous avez l’âme d’un grand artiste, ou si vous voulez juste obtenir un objet formé à partir de différents matériaux, optez pour une imprimante à double extrusion ou IDEX (independent dual extrusion). En plus, cette option permettra aussi de réaliser 2 impressions identiques à la fois. Pratique comme outil !

Giantarm Mecreator 2 : La meilleure imprimante 3D de 2019 !

Promo
GIANTARM Mecreator 2 imprimante 3D Assemblé et support multi-filament avec un rigide Cadre Métallique
  • Certification: CE, certification FCC
  • Filament supporté: PLA, ABS
  • Service d'expédition: Expédié de Bremen Allemagne (entre 2 et 8 jours), pas de taxes douanières, livraison gratuite
  • Service local: Service de support technique en ligne (WhatsApp)
  • Garantie: garantie de 90 jours pour l'extrudeuse et garantie de 6 mois pour d'autres pièces

Conçu depuis peu, le Giantarm Mecreator 2 est l’un des modèles les plus adulés par le grand public. Vous l’adopterez en un rien de temps, car sa technologie d’impression est la FDM. Ses dimensions étant de 320 mm x 320 mm x 360 mm, vous n’aurez aucun mal à le déplacer. Et en dépit de sa petite taille, pour le plus grand plaisir des personnes méticuleuses, sa précision d’impression est de 0.05 millimètre. La vitesse d’impression n’en est pas moins satisfaisante, car elle va de 60 à 80 millimètres par seconde, suivant la nature du matériau. Et en parlant de matériau, elle a la capacité de s’adapter à plusieurs types, allant des plastiques assez rigides aux bois plus rugueux. Son châssis a été confectionné en tôle et elle dispose d’un lit chauffant.

Côté température, vous n’aurez aucun souci à vous faire, car le plateau de l’imprimante 3D Giantarm Mecreator 2 atteint les 110 degrés en un temps éclair. L‘extrudeuse, quant à elle, peut être chauffée jusqu’à 240 degrés. Il ne sera pas compliqué de l’utiliser puisque ses logiciels de contrôle sont assez classiques. Pour cela, vous pouvez utiliser GT-Host, Repetier-Hot, Printrun ou Cura. Aussi, vous aurez des fichiers de format STL, 3ds, obj, amf, dae ou G-code. Vous l’aurez compris, vous pourrez le contrôler en utilisant n’importe quel système d’exploitation, Windows ou Mac. En plus de cela, l’imprimante 3D de Giantarm dispose d’une entrée USB et d’un lecteur de carte SD. Nous vous conseillons vivement de choisir cet appareil,  ou au moins de le tester. Son avantage est aussi l’accès à un service client en ligne au cas où vous auriez de petits soucis. Et concernant la garantie, vous serez bien servi, car vous disposerez de 90 jours pour retourner l’extrudeuse, et de 6 mois pour échanger les autres pièces en cas défectuosité.

Tout savoir sur l’imprimante 3D pour bien choisir la vôtre !
3.8 (76.67%) 6 votes

Laisser un avis, un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer