À l’achat de votre bien immobilier, votre banque vous octroie un prêt conséquent et vous applique un taux d’intérêts élevé, sur une durée assez longue. Cette formule vous semble pesante et vous peinez à régler vos mensualités. Vous envisagez donc de racheter votre crédit immobilier pour bénéficier d’une formule plus avantageuse. Des frais de rachat de crédit vous sont alors imposés. On vous explique, dans ce qui suit, les différents frais de rachat d’un crédit immobilier ainsi que la méthode pour leur calcul.

    Pourquoi des frais sont exigés au rachat d’un crédit immobilier ?

    Comme pour toute autre opération auprès d’une institution financière, le rachat d’un crédit immobilier fait objet de frais et de coûts à la charge de l’emprunteur. La raison principale est le fait que la commission perçue par la banque en cas de rachat de crédit immobilier constitue une partie de ses bénéfices. Elle se doit donc d’appliquer différents taux pour couvrir ses charges et être rentable. Par ailleurs, cette procédure réquisitionne un bon nombre d’acteurs tiers pour réaliser l’opération de rachat. Ces collaborateurs, à l’exemple des courtiers, doivent bien être rémunérés en contrepartie de leurs prestations au profit de l’emprunteur. Ces frais sont donc imposés pour pouvoir couvrir l’opération de rachat du crédit immobilier.

    Quels sont les principaux frais de rachat de crédits immobiliers ?

    Avant de clôturer un crédit immobilier, il est nécessaire de connaître, en plus de la procédure globale à suivre, les différents frais et coûts à assumer. En premier lieu, l’emprunteur est amené à payer des indemnités de remboursement anticipé (IRA). Ce sont des pénalités auprès de l’organisme qui s’engage à racheter le crédit en cours. Celles-ci ne doivent pas dépasser un taux plafonné de 3 % du capital restant à payer avant remboursement (stipulé dans l’article R 312-2 du Code de la consommation).

    A lire  Vers qui se tourner pour avoir une assurance moto 50CC pas cher ?

    Conditions rachat de crédit immobilier

    Le deuxième type de frais à payer, ce sont les frais de banque. Également connus sous l’appellation de frais de dossiers, ces frais sont redevables à la banque de rachat en guise de frais d’inscription à un nouvel établissement et d’ouverture d’un nouveau compte. Le montant de ces frais se situe entre 0.5 % et 1.5 % du montant racheté. Après la négociation du contrat de rachat, on procède au paiement de ces frais en contrepartie de la domiciliation. La banque domiciliataire peut toutefois diminuer, voire omettre ces frais, si le dossier lui paraît intéressant.

    Ensuite, il y a des frais de courtage, ceux-ci sont la contrepartie de bénéficier d’éventuelles prestations de courtage pendant le processus de rachat, ils représentent de 1 % à 8 % du montant du nouvel emprunt. Ceci dit, une simple étude de dossier ne requiert pas de coûts. Par ailleurs, on distingue des frais d’hypothèque ou de caution : ils constituent des formes de garanties pour l’organisme souhaitant racheter le crédit. Ceux-ci varient entre 2 à 3 % du montant prêté.

    En dernier lieu, il faut payer les coûts d’assurance de l’emprunteur. L’assurance emprunteur garantit le paiement total du restant des mensualités du concerné en cas d’imprévus, notamment en cas de décès. Elle est à hauteur de 0.18 à 0.7 % du montant total emprunté. La variation renvoie à la méthode de calcul utilisée.

    La méthode de calcul des frais de rachat d’un crédit immobilier

    Pour calculer les frais de rachat d’un crédit immobilier, plusieurs méthodes s’offrent à l’emprunteur. Il n’a qu’à choisir celle qui convient à ses exigences. Parmi les méthodes diverses, on mentionne les suivantes :

    • Recourir à un simulateur de calcul de frais de rachat de crédit ;
    • Faire appel à un courtier.
    A lire  Comment choisir la bonne téléassistance pour séniors

    La première méthode est la moins coûteuse, du fait qu’elle est réalisée par l’emprunteur lui-même, ce qui peut lui faire perdre énormément de temps qui lui coûterait des offres intéressantes auprès des banques de rachat. La deuxième méthode est donc la plus préconisée. Bien que le recours à un courtier engendre davantage de frais à l’emprunteur, elle est plus rentable en termes de temps à gagner, d’offres plus juteuses à saisir et d’expertise assurée. On peut dire que les courtiers disposent d’outils de calcul de coûts plus fiables, en comparaison avec les algorithmes fictifs présents sur les sites internet.

    Maintenant que vous disposez de toutes les informations nécessaires sur les modalités de calculs de frais de rachat de crédits immobiliers, il ne vous reste qu’à engager la procédure.

    Faire le choix d’une banque pour racheter son crédit

    Maintenant que vous savez comment calculer les sommes en jeu pour le rachat de votre crédit, on peut vous parler du choix de la banque. Pour cela, on peut tout d’abord vous conseiller de faire des recherches approfondies sur les offres de rachat proposées par les banques. En effet, se renseigner également sur le choix de la banque pour le rachat de son crédit est primordial, c’est même une des principales données à prendre en compte. Certaines banques proposent des options de rachat beaucoup avantageuses que d’autres et pour le savoir, il faut se renseigner.

    Une fois que vous aurez récolté les informations nécessaires, vous pourrez faire une sélection de banque qui vous intéressent pour racheter votre crédit et vous rendre auprès de celles-ci pour négocier les contrats de rachat. Vous pourrez alors choisir la banque qui vous propose le meilleur rachat en termes de prix et de conditions de reprise. Ainsi, si vous désirez acheter une nouvelle maison rapidement, vous pourrez bénéficier d’une somme plus intéressante à investir ou de moins de contraintes d’emménagement, de déménagement ou de contrat à l’achat.

    Découvrez également : Où trouver une location de box de stockage ?